A ce qui reste tranquille, il ne faut pas toucher

Thibaud Cavaillès, Doctorant en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumière Lyon 2, UMR Triangle (Axe Etudes urbaines)

Le 17 janvier 2018 aux alentours de 13h, le premier ministre annonce lors d’un communiqué de presse exceptionnel l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : « Les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet ». Faut-il crier victoire ? Pas si vite…

Continuer la lecture de « A ce qui reste tranquille, il ne faut pas toucher »

Trois types d’espaces pédagogiques : adresse aux métiers de l’urbain

Sylvie Brossard-LottigierDocteure en architecture, architecte-urbaniste de l’Etat, DREAL Midi-Pyrénées, Responsable de la direction « Territoires sites et paysage »

Christophe LottigierPrésident de l’Association des écoles d’éducation nouvelle de la Prairie, Toulouse

Aménager la ville pour l’enfant de manière à ce qu’elle corresponde à ce que nous voulons lui offrir comme cadre de vie, conformément aux valeurs que nous voulons lui transmettre, est nécessaire et indispensable. Mais non suffisant. Car le succès de cette ambition généreuse dépend,  pour être compris de ceux auxquels elle s’adresse, de leurs manières de voir le monde, de l’état d’avancement de la construction de leurs individualités, de leurs capacités à se penser distincts du monde. Il est donc incontournable pour cela de son intéresser à la manière particulière qu’ont les enfants de percevoir les choses et êtres au monde,  selon leurs âge et la culture dans laquelle ils grandissent. Et cette perception enfantine, nous appelons cela : paysages.

Continuer la lecture de « Trois types d’espaces pédagogiques : adresse aux métiers de l’urbain »

De la ville en pédagogie à la « pédagogie à la ville ». Quelle(s) conception(s) de la ville et du politique dans les méthodes pédagogiques ?

Mathilde GiraultDoctorante en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

Chaque théorisation pédagogique constitue le reflet de la société qui l’a construite et mise en place ; elle donne à voir les valeurs dominantes de l’époque et leurs hiérarchisations, l’organisation sociale qu’elle tend à réaliser et/ou reproduire, la place accordée aux enfants et la conception du « citoyen » par rapport à des normes de conduite (place dans la société, pouvoir d’action, degré d’obéissance aux règles collectives et/ou institutionnelles…). Continuer la lecture de « De la ville en pédagogie à la « pédagogie à la ville ». Quelle(s) conception(s) de la ville et du politique dans les méthodes pédagogiques ? »

Ecologie des espaces d’apprentissage : adresse aux politiques publiques

Sylvie Brossard-LottigierDocteure en architecture, architecte-urbaniste de l’Etat, DREAL Midi-Pyrénées, Responsable de la direction « Territoires sites et paysage »

Christophe LottigierPrésident de l’Association des écoles d’éducation nouvelle de la Prairie, Toulouse

Nous explorons ici le chantier de la construction de l’idée de nature qui comprend la construction des hommes et celle de leur habitat[i].

Apprendre à voir le monde de plusieurs points de vue.

Reconstruire l’idée de nature ! Quelle drôle d’idée ! Et pourquoi donc ? Et comment cela pourrait concerner l’enfant ? Car la nature, pour les architectes, pour les aménageurs du territoire comme pour les protecteurs de la nature, n’est pas une idée. C’est une réalité bien concrète, matérielle, mesurable, quantifiable, objective. On la prend en compte ou on la néglige, on la protège, on la dégrade ou on la défigure, selon le projet de gestion, de transformation ou d’aménagement de l’espace. Elle évoque des lieux, des matières, des sons, des odeurs, des saveurs même. Et puis une couleur surtout : le vert, et aussi, depuis l’invention des trames vertes et bleues, la couleur bleue. Continuer la lecture de « Ecologie des espaces d’apprentissage : adresse aux politiques publiques »

Pourquoi et comment créer une nouvelle université populaire ? Témoignage sur le cas stéphanois

 

Lise Serra, Architecte, docteur en urbanisme et aménagement, chercheure associée au CRH-LAVUE et à EVS-LAURE, maître assistante associée à l’Ecole Normale Supérieure d’Architecture de Lyon, fondatrice de l’université populaire de Saint-Etienne

Ce texte propose un témoignage de la création, en janvier 2016, de l’université populaire de Saint-Étienne. En partant de cette expérience très récente et en prenant en compte mon implication forte, je voudrai profiter de ce temps de réflexion proposé par les doctorants du laboratoire Triangle pour questionner l’ambition universitaire et populaire de ce projet. Je m’appuierai sur les définitions des termes université, populaire et peuple pour organiser le plan de cet article[i].

  1. Une université ?

De l’institution ecclésiastique ou étatique, administrative ou académique que peuvent représenter historiquement les universités, nous sommes très éloignés. Nous nous rapprochons des objectifs d’enseignement, de formation et de recherche en cela que nous avons formulé un programme de cours comportant plusieurs séances permettant une évolution au sein de chaque sujet. La recherche se retrouve par le biais des universitaires impliqués qui peuvent questionner leurs propres sujets de recherche à travers le prisme d’un public nouveau, de formulations nouvelles.

Continuer la lecture de « Pourquoi et comment créer une nouvelle université populaire ? Témoignage sur le cas stéphanois »