Contributeurs

La diversité des positions épistémiques (chercheurs, doctorants, étudiants, praticiens…), ainsi que des disciplines et champs disciplinaires (géographie et sciences politiques, architecture et paysagisme…)  des contributeurs à ce carnet des études urbaines nous apparaît comme une richesse à valoriser, témoignant sans doute par là d’un des principaux leviers critiques des études urbaines. Afin de donner à voir cette pluralité et en même temps soulever d’éventuels facteurs ou sources communs, nous demandons à chaque contributeur du carnet des études urbaines de répondre à deux questions (en format libre) l’invitant (1) à se situer par rapport au champ peu déployé en France des études urbaines, (2) à intégrer ce positionnement dans une réflexion plus général sur la ville.

(1) Comment vous positionnez-vous par rapport aux études urbaines (en miroir, en décalé, en héritage de tel courant ou auteur…) ?

(2) Que signifie « la ville » selon vous ?

Angaut Jean-Christophe, membre du Pôle Action publique, Maître de conférence en philosophie à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, engagé dans l’Université Populaire de Lyon

(1) Je me positionne « en dehors »… Pour des raisons de discipline peut-être, ma pratique d’enseignement et de recherche ne prend guère en considération la nature du territoire sur lequel elle s’exerce, ou même dans lequel elle se diffuse – ce qui est sans doute un tort !

(2) Pour moi, la ville n’existe pas. Il y a des villes (des concentrations relativement importantes de population, par différence avec un village ou la campagne), et celles-ci ne sont pas homogènes à l’intérieur, puisqu’il s’agit d’espaces intensément différenciés, hiérarchisés, et souvent discriminés. Mais peut-être cette différenciation intense constitue-t-elle déjà une définition positive de la ville…

Baffert Grégory, membre de l’Axe Etudes urbaines, doctorant en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

(1) Politiste de formation sur le tard, l’intérêt pour les études urbaines s’est principalement manifesté de deux façons. D’abord par l’expérience personnelle des villes dans lesquelles j’ai été amené à vivre: Valence, Grenoble, Lyon, Wellington en Nouvelle-Zélande ou Toronto au Canada. L’appréhension du monde du sensible, vécu individuellement et de façon différente selon les lieux, a été une première étape dans ma démarche réflexive sur la compréhension de l’urbain. Ensuite par l’étude des politiques urbaines au cours de mon cursus universitaire. Des formes d’analyses anthropologiques, historiques, économiques ou sociologiques de la ville et de ses fonctions m’ont très largement interpelé au point de m’amener à me questionner régulièrement sur ce que veut dire habiter la ville et la terre.

(2) La ville, comme tout espace d’habitation, devrait, selon moi, être en lien étroit avec ce qui est de l’ordre du sensible, du commun, de la mesure, de la mémoire et de la poétique. Chose trop rarement constatée sur mes différents lieux de vie souvent empreints, me semble-t-il, d’une rationalité urbanistique froide, d’un pragmatisme économique désincarné, ou parfois même d’un gigantisme prométhéen déshumanisé.

Brossard-Lottigier Sylvie, Docteure en architecture, architecte-urbaniste de l’Etat, DREAL Midi-Pyrénées, Responsable de la direction « Territoires sites et paysage »

(1) Je pense à trois noms  Pierre Sansot, Gordon Cullen et Jacques Simon : les études urbaines doivent reconnaitre leur fondement dans l’expérience sensible de tout humain, qui se découvre par la représentation de cette expérience, sa confrontation à l’espace concret, préalable et intentionalité de tout  projet, des priorités d’action territoriale. La recherche action permet cette approche dès lors qu’elle met  un sujet en situation d’interaction avec l’objet d’étude. Objectiver la relativité de position de tout acteur, habitant, décideur, bureau d’étude ou concepteur. Et l’intégrer comme intentionalité déterminante du projet. à faire valider.

(2) La ville c’est le lieu d’apprentissage du vivre ensemble, le lieu de la civilité, de la civilisation des individus. Selon l’espèce des individus considérés, elle mêlera plusieurs formes d’artificialité liée à l’activité de chacun des groupes qui la constitue, jeunes vieux, humains chiens, arbres humains, contemporains, classiques…selon le projet de biodiversité, de multiplicité de formes de vie qui la caractérise. La ville est un écosystème vivant, composé. Pour accéder à cet écosystème, j’ai besoin de dessiner en donnant du temps à vivre avec ce lieu. Cela peut demander une vie.

Cole Alistair, membre de l’Axe Etudes urbaines, Professeur en sciences politiques à l’Intitut d’Etudes Politiques de Lyon

(1) Personnellement, j’étais pour la première fois amené à étudier les villes dans un projet franco-britannique sur les réseaux d’action publique et la gouvernance locale en Angleterre et en France (A. Cole et P. John, Local Governance in England and France,  Londres : Routledge, 2001).  J’étais à la fois fortement influencé par cette étude de terrain (à Leeds, Lille, Rennes et Southampton) et par les « jeunes » qui m’accompagnaient, notamment Peter John et Patrick le Gales, ainsi que les moins jeunes (notamment Joseph Fontaine et  Gérard Marcou).   Je prends comme référents principaux Patrick Le Gales, et ses travaux sur les villes et la gouvernance urbaine ; Peter John et Gerry Stoker sur la gouvernance urbaine ; Clarence Stone sur les régimes urbains.

(2) La ville comme objet : espace d’observation des dynamiques politiques multi-niveaux, de la mise en œuvre des politiques publiques. Ville comme sujet : la construction de la capacité politique métropolitaine (et les résistances a cette stratégie), le leadership  politique, les interactionsau sein des réseaux d’action publique, les stratégies de mise en valeur, les conflits.

Gaitan Maria Valencia, membre de l’Axe Etudes urbaines, doctorante en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

(1) C´est l´humain (la cité) dans l´urbain (la ville) qui oriente mon travail de transformation d´un territoire marginalisé et stigmatisé du centre de Bogotá. Les études urbaines sont mon point de départ, de réflexion, d´échange pour la mise en place des actions collectives qui précèdent les projets de développement solidaires à définir avec les habitué-e-s.

(2) Je partage l´approche de la Grèce et la Rome Antiques où la cité (ciudad) et la ville (ciudad) n´étaient pas des synonymes. La cité était l´association religieuse et politique des familles et des tribus. La ville était le lieu de réunion, de domicile et, surtout, le sanctuaire de cette association. Selon leur conception sur l´habiter urbain, la ville devait être le reflet (urbain) du difficile et long travail de construction de la cité (l´humain).

Girault Mathilde, membre de l’Axe Etudes urbaines, doctorante en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

(1) Si les études urbaines sont fortement répandues dans le monde anglo-saxon (David Harvey, Edward Soja…), la recherche francophone a trouvé ses prises dans une sociologie urbaine d’héritage marxiste (Christian Topalov, Jean-Pierre Garnier…). Toutefois, elles se sont renouvelées ces dernières années à partir de la géographie critique (Cécile Gintrac, Marianne Morange…), mais surtout de réflexions transversales sur l’habiter (ex : André-Frédéric Hoyaux) ou sur les modes de vie (Lionel Rougé, Violaine Girard…), renouant par là avec une critique de la vie quotidienne (Henri Lefebvre). Les débats se sont alors enrichis d’un double questionnement épistémologique dans lequel j’essaie d’insérer mes travaux : une primauté pragmatique du terrain par rapport à un appareil théorique, et des formes de l’engagement territorialisé qui dessinent une diversification des conceptions du politique (biopolitique, micropolitique, infrapolitique…), bien loin des seuls cadres institutionnels et de gouvernance urbaine.

(2) Si je me reconnais assez bien dans les études urbaines comme lecture critique de l’ordre urbain et ses rapports de force, ainsi que prise de son détournement par une mise en avant de son fonctionnement et de ses limites, j’éprouve un certain malaise face aux imaginaires progressistes de la ville qui l’animent. La ville serait le lieu de l’émancipation, par l’expression d’un « droit à la ville » réactif aux aliénations vécues (Henri Lefebvre). Or, c’est ce même imaginaire de réalisation des besoins humains par la ville qui a contribué à produire, depuis plus d’un siècle, la ville fonctionnaliste dont nous avons héritée. Il me semble donc urgent de croiser les évolutions territoriales (ex : périurbanisation) et les imaginaires de la ville qui animent la recherche urbaines, au risque sinon de perpétuer une pensée de plus en plus éloignée de la réalité urbaine et des désirs de lieux de vie.

Payre Renaud, membre de l’Axe Etudes urbaines, Professeur en sciences politiques, directeur de l’Intitut d’Etudes Politiques de Lyon

(1) Les études urbaines ne correspondent pas à un terme ou un label que je suis conduit à utiliser dans mes propres recherches. Toutefois, j’apprécie dans les études urbaines la volonté de développer une approche inter-disciplinaire : les géographes, les sociologues, les historiens, les politistes sont conduits à travailler ensemble. Et bien souvent, dans une perspective critique. Je ne sais pas si notre paysage académique est propice à l’institutionnalisation des études urbaines tant les carrières se font dans des cadres disciplinaires. Mais on ne peut que se réjouir de voir des laboratoires comme Triangle mettre en place des espaces où une telle approche peut s’épanouir.

(2) La ville renvoie à de nombreuses réalités pour moi. Comme individu, c’est à la fois mon cadre de vie et, je dois dire, ma passion. Je suis fondamentalement urbain et j’aime la ville et même la très grande ville, son mouvement permanent, l’anonymat qu’elle suscite, l’audace architecturale qu’elle peut produire, les flux qui s’opèrent en son sein, le brassage social qu’elle rend possible.

Comme chercheur, la ville est un territoire en partie régulé par le politique. En tant que politiste, je l’aborde également comme un ensemble d’institutions avec tout de même une énigme à résoudre : dans un pays comme le nôtre – marqué par une tradition juridique – il y a une forme d’inadéquation entre la ville – réalité sociologique, géographique, historique mais non juridique – et ses cadres administratifs. La métropolisation – étudiée dans une perspective comparée – montre à quel point l’originalité institutionnelle est faible en France pour faire advenir des institutions et des cadres correspondant à la réalité urbaine contemporaine.

Serra Lise, Architecte, docteur en urbanisme et aménagement, chercheure associée au CRH-LAVUE et à EVS-LAURE, maître assistante associée à l’Ecole Normale Supérieure d’Architecture de Lyon, fondatrice de l’université populaire de Saint-Etienne

(1) En France, le terme « études urbaines » renvoie à deux sens selon deux modalités différentes de penser et d’agir dans la ville. Les études urbaines, dans une première définition, caractérisent des analyses réalisées par des bureaux d’étude, le plus souvent dans le cadre de contrats d’assistance à maîtrise d’ouvrage, qui permettent de définir des besoins, des dysfonctionnements et de formuler le diagnostic critique d’un territoire dans la perspective d’un projet de transformation urbaine (D’architecture, 2008). Ces analyses, à visée professionnelle et appliquées s’appuient sur le champ universitaire défini par les études urbaines dans leur seconde définition. Traduction des « urban studies » américaines, les études urbaines renvoient plutôt à un champ de connaissances interdisciplinaires appliquées à l’objet qu’est la ville (Scherrer, 2012).

Mes recherches se nourrissent de cette double définition des études urbaines, construisant des protocoles d’enquête qui mobilisent différentes disciplines des sciences humaines, constitutives d’une démarche de recherche en urbanisme. L’approche bibliographique se double d’enquêtes de terrain de type ethnographiques (carnet de bord écrit et photographique, discussions informelles, visites, observation) et de démarches sociologiques (entretiens semi-directifs enregistrés). Les études de cas sur lesquelles je m’appuie pour mes enquêtes sont directement liées à des acteurs opérationnels de l’urbanisme et de l’aménagement, reliant mon travail de recherche aux études urbaines que peuvent faire les bureaux d’étude, répondant à la demande d’un maître d’ouvrage dans le cadre de projets en cours de projets urbains.