Axe Etudes urbaines

Créé au printemps 2015, l’axe Etudes urbaines se compose de doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs du laboratoire Triangle 5206 ayant les problématiques urbaines et les transformations contemporaines de la ville comme sujet de recherches.

Prenant acte que les villes, particulièrement les grandes, constituent à ce jour l’enjeu et/ou le siège d’importants changements (en termes de migrations et de peuplements, de mobilités et d’extension spatiale, d’inégalités sociales et de formes de solidarités, de systèmes productifs et de dégradation des ressources écologiques…), cet axe se positionne au croisement de différents disciplines et champs de recherche (géographie, sciences politiques, sociologie, urbanisme et aménagement…), mêlant théorie et empirie, terrains nationaux et étrangers.

Ces questionnements s’adressent aux cadres, formes et conduites de l’action des gouvernements territoriaux (métropolisés, urbains, mais aussi ruraux, périurbains, périphériques…), mais surtout s’emploient à préciser les formes de plus en plus différenciées  de l’agir (territorialement, socialement, politiquement, subjectivement, professionnellement…), considérant que ces évolutions de l’agir (transitions et perspectives, institutionnelles ou plus informelles, locales ou transnationales…) sont les témoins de luttes dans la reproduction urbaine et des rapports de force au sein de l’espace urbanisé. A cet égard, l’axe estime que la globalisation économique et ses stratifications sociales (des individus et territoires) ont marqué une nouvelle étape dans la transformation des villes et particulièrement des métropoles, en formant de nouvelles « élites », classes moyennes, underclass, etc., entre lesquelles les formes de l’agir varient selon le degré d’inclusion sociale et/ou institutionnelle dans le système économique métropolitain, la culture et l’héritage urbains, les imaginaires territoriaux et politiques… Une différence de l’agir sur laquelle se construit souvent en creux des violences, dominations et inégalités toujours plus grandes.


THEMES DE L’AXE

A partir de cette analyse, trois thématiques de travail ont été dessinées pour organiser les activités de l’axe :

  • Ville juste et égalité des territoires. Ce thème souhaite croiser les questions relatives à l’évolution des formes de pauvreté, d’inégalité, de ségrégation… avec les dynamiques socio-spatiales des divers territoires de l’urbain (ex : métropolisation), les registres axiologiques de justification de l’action (au premier chef les types de justice, sociale, spatiale, environnementale, urbaine… et les modèles d’égalité en jeu), les mots d’ordre de l’intervention publique-privée (compétitivité, attractivité, solidarité, développement durable, résilience…), ainsi que les dispositifs et outils pratiques de la régulation territoriale.
  • Normes métropolitaines : résistances et (ré)appropriations. Ce thème souhaite apprécier la diversité des normalisations en cours dans les grands territoires de l’urbain (techniques, sociales, écologiques, institutionnelles…), sous l’angle des résistances qu’elles suscitent directement ou indirectement, ainsi que des (ré)appropriations tant dans le champ institutionnel des politiques publiques, que dans des espaces intermédiaires, plus ou moins visibles, construits à partir de réseaux formels et informels d’acteurs, ou encore dans l’infrapolitique des engagements ordinaires.
  • Catégories et savoirs de l’action urbaine. Ce thème vise à situer les savoirs, leurs catégorisations et modes de constructions au cœur des transformations analysées ci-dessus. Il cherchera particulièrement à saisir la diversification des savoirs de l’urbain, leurs productions et usages, que ce soit sous l’angle du rôle croissant des bases de données (ex : big data), sous celui des changements dans les expertises et savoir-faire de métiers (ex : coopératifs) ou encore par l’entrée des  nouveaux registres de connaissances par et sur les scènes participatives.

ACTIVITES DE L’AXE

Cet axe s’organise autour de différentes activités venues rythmer les réflexions tout en ouvrant le débat à des chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants d’autres laboratoires, mais aussi à des étudiants et praticiens :

  • une journée d’études annuelle durant laquelleles membres de l’axe discutent des études urbaines (héritages épistémologiques, évolutions liées aux transformations urbaines…), notamment à partir de présentation des travaux de thèse des doctorants ;

la première journée d’études de l’axe Etudes urbaines s’est tenue le 1er juillet 2016 ;

  • un cycle de séminaires praticiens (à un rythme trimestriel environ), par exemple sur le thème des savoirs de l’urbain (données de peuplement avec les professionnels du logement, démarches collaboratives et nouvelles formes d’expertises au sein des agences d’urbanisme…)

le thème retenu pour l’année 2016-2017 est « frontières, marges, hybridités » ;

  • ce présent carnet des études urbaines animés par les doctorants et accueillant de couts écrits sur les thèmes de l’axe et leurs actualités à la fois scientifique et médiatique, répondant à des ambitions épistémologiques.