De la France périphérique à la France des marges : comment rendre leur juste place aux territoires urbains marginalisés ?

Samuel Depraz, enseignant-chercheur, géographie, Université Jean Moulin Lyon 3, UMR Environnement, Villes et Sociétés

Ce billet s’appuie en particulier sur la parution de l’ouvrage : Depraz S., 2017, La France des marges, géographie des territoires « autres », Paris, Armand Colin, 288 p.

Le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, interrogé sur les ondes de France Inter le 28 mars 2018 au sujet de la politique de la ville en France, a déclaré que « le véritable enjeu pour notre pays, ce sont ces quartiers. On a beaucoup focalisé ces derniers mois sur le rural et l’urbain. Non : le vrai problème, c’est les quartiers, où finalement un certain nombre de jeunes désespèrent ». Cette réflexion venait répondre à la démission très médiatisée du maire de Sevran (Seine-Saint-Denis) qui entendait ainsi protester face aux difficultés de sa commune de banlieue parisienne et à la faible efficacité de l’action publique en faveur des quartiers prioritaires. Mais la phrase mentionne aussi, plus fondamentalement, une remise en question de la lecture binaire du territoire national opposant les métropoles, bien intégrées à la mondialisation, et la « France périphérique ». Cette théorie, développée par l’essayiste populaire Christophe Guilluy (2010 ; 2014), a été largement reprise derrière lui par les acteurs politiques les plus variés – la France périphérique désignant tous ces territoires à distance des métropoles, composés des petites villes de province et des espaces ruraux délaissés à la fois par la croissance économique et par l’action publique.

Il est en effet temps de dénoncer avec force ce schéma de pensée dichotomique, tant il fausse la lecture des enjeux territoriaux en France et produit une sélection idéologique néfaste entre espaces en difficulté. La France périphérique, c’est une triple erreur intellectuelle.

La France périphérique, ou la paresse intellectuelle de la dichotomie

C’est, d’abord, une lecture simpliste qui nie ce qui fait l’essence même de la géographie, c’est-à-dire l’attention à la nuance et à la diversité des territoires. « Décrire la terre », c’est être sensible aux différences et à la pluralité des mondes sociaux. Ainsi, dans les périphéries, les situations de pauvreté ne sont jamais identiques d’un espace à l’autre, et on trouvera tantôt de la pauvreté monétaire, tantôt de la précarité matérielle, parfois aussi un déclassement social et un isolement des personnes. La pauvreté, c’est aussi un rapport social défavorable, souvent entretenu par des politiques publiques défaillantes. Le tout se recoupe souvent, mais pas toujours : on rappelle ainsi les dimensions – complexes – de la pauvreté, au sens de Serge Paugam (2005) ; ceci nécessite une lecture plus détaillée des territoires, comme le propose par exemple Catherine Sélimanovski dans son analyse de « la frontière de la pauvreté » (2008) ou encore l’analyse de Raymonde Séchet sur la relation entre espaces et pauvreté (1996). Et l’idée de périphérie, souvent réduite à sa dimension économique, s’appréhende également par de multiples autres outils : mobilités et transports, flux migratoires, modes de vie alternatifs et contestation sociale ou électorale – sans que l’on puisse raisonnablement combiner tous ces indicateurs thématiques, au risque de produire des corrélations hasardeuses et des indices agrégés absurdes.

« Décrire la terre », c’est être sensible aux différences et à la pluralité des mondes sociaux.

Il y a autant de périphéries que de situations de difficulté sociale, et la petite ville désindustrialisée ne saurait être envisagée de la même manière qu’un espace rural éloigné, souffrant de difficultés d’accès aux services, ni comme l’Outre-mer en dépendance économique, et dont les sociétés sont particulièrement inégalitaires, ni comme les campagnes agricoles productivistes surendettées des grands bassins céréaliers. Le pluriel est de mise pour parler des périphéries.

Contre les dangers du spatialisme : tout territoire contient ses périphéries

La France périphérique, c’est aussi et surtout commettre l’erreur du spatialisme. On désigne par « spatialisme » une forme de déterminisme qui consiste à expliquer des faits sociaux par l’espace, c’est-à-dire par des éléments physiques et matériels, et non comme par des construits politiques et sociaux. En brandissant la « France périphérique », on affirme que c’est l’espace – ici, la distance aux métropoles – qui fait la périphérie. Et on en vient même à gommer les réalités sociales internes aux métropoles pour mieux accuser le contraste supposé avec les périphéries. Ainsi, s’il existe certes des difficultés sociales dans les banlieues, cela serait largement atténué par les capacités des populations à profiter de la circulation économique – même informelle – dans l’espace urbain, tout comme des opportunités d’ascension sociale ou de mobilité résidentielle ; la banlieue serait un sas d’intégration, plus qu’un lieu de relégation. De plus, la banlieue bénéficie aussi des aides de la politique de la ville : l’action publique se focalise justement sur ces quartiers sensibles parce que c’est à la fois proche, visible et parce que cela témoigne d’une attention aux communautés étrangères qui peuvent s’y trouver. À l’inverse, la France périphérique et ses « petits blancs » seraient largement oubliés, puisque l’éloignement les rend diffus et silencieux et que l’action publique s’épuise face à des territoires aussi vastes et complexes. Ce sont des lieux immobiles, la dynamique économique y est en panne. C’est de cette « fracture territoriale » que viendraient en particulier le désengagement politique et le vote protestataire des périphéries.

(…) on en vient même à gommer les réalités sociales internes aux métropoles pour mieux accuser le contraste supposé avec les périphéries

Un tel raisonnement, séduisant et qui a rencontré un large écho politique, est en réalité dangereux et spécieux. Dangereux, parce qu’il attise des réflexes populistes opposant une élite urbaine aux « classes populaires » rurales, et des communautés étrangères aux populations souvent dites « de souche ». Par paresse intellectuelle, on habille de déterminants sociaux des logiques de domination qui sont d’abord produites par la pauvreté. Spécieux, parce que ce n’est pas l’espace ni la distance aux métropoles qui fait la périphérie : on se porte relativement bien, en moyenne, à Saint-Barthélemy (Antilles françaises), ou à Saint-Tropez et au Cap Ferret, autant de lieux de villégiature des célébrités médiatiques et économiques. De même, les stations de ski de montagne, en hiver, ouvertes à une clientèle aisée et internationale (Courchevel, les Arcs, Méribel par exemple) sont largement équipées en services supérieurs, et desservies au quotidien par TGV et par de multiples liaisons TER, sans mentionner les altiports et les infrastructures routières de premier ordre. Inversement, il suffit de rappeler que 65 % des populations vivant en-dessous du seuil monétaire de pauvreté se concentrent dans les grands pôles urbains (INSEE, 2015), et c’est dans les villes-centre des agglomérations que les taux de pauvreté sont maxima (19,5 % des habitants, contre 14,3 % en moyenne nationale). L’intensité de cette pauvreté (niveau moyen de revenus des personnes pauvres) y est également plus vive qu’ailleurs, tout comme la fréquence des disqualifications sociales : si l’agglomération parisienne représente environ 1/6e de la population nationale, elle concentre 25 % des personnes sans domicile et plus de la moitié des personnes sans abri. Autrement dit, le processus de métropolisation produit de la pauvreté, générant ainsi en permanence des processus d’exclusion au plus près des cœurs du pouvoir politique et économique. Bien entendu, la ville est aussi, simultanément, le lieu de concentration des plus hautes richesses : il en découle donc que c’est l’espace le plus inégalitaire qui soit à l’échelle nationale, les indice de Gini ne s’y trompent pas.

(…) on habille de déterminants sociaux des logiques de domination qui sont d’abord produites par la pauvreté

Au total, ce n’est pas l’espace qui produit la périphérie, mais bien le social – et c’est précisément en tant que géographe que l’on peut l’affirmer : l’espace n’est qu’un révélateur des processus sociaux de production et de reproduction des inégalités. C’est là l’objet d’étude central de la géographie sociale contemporaine (Backouche et al., 2011). Partant, tout territoire contient en son sein, telle une poupée gigogne, ses propres périphéries.

Une lecture abductive de la mobilité sociale dans les banlieues

L’ultime erreur de la France périphérique, c’est de n’explorer que les arguments qui servent à construire le mythe de la fracture territoriale, en oubliant ceux qui l’infirment : c’est ce que l’on nomme l’abductivisme en épistémologie. Ainsi, la banlieue est considérée comme un espace de mobilité sociale, un territoire d’intégration aux métropoles, la pauvreté mesurée à un instant T ne concernant pas les mêmes personnes que la pauvreté de l’instant T+1. Cette idée, heureusement vérifiée pour une partie des habitants de banlieue, doit cependant être confrontée à la mobilité sociale des autres territoires nationaux. Or le constat de l’INSEE est sans appel : la plus grande mobilité sociale concerne les quartiers urbains les plus riches (de 10 à 12 % de mobilité interannuelle), lorsque celle des quartiers prioritaires ne dépasse guère 4 à 5 %.

Quant à la « France périphérique », les situations y sont très contrastées, et il n’existe pas de règle, même si la moyenne est plutôt intermédiaire (7 à 8 %). Des villages ruraux connaissent une redynamisation forte, avec de nouveaux arrivants, attirés par le cadre de vie ; des petites villes en déclin voient des départs, témoignant de la possibilité de s’extraire de la périphérie. La systématisation du raisonnement est donc une erreur logique, tandis que les banlieues ne constituent en aucun cas le territoire « le plus mobile de France ». On ajoutera, enfin, que l’analyse des banlieues méconnaît par ailleurs le processus de « désaffiliation sociale », au sens de Manuel Castel (1994), par les verrous discriminatoires à l’emploi, qui entretiennent le provisoire des bricolages et des stratégies d’adaptation des jeunes de banlieue, par exemple. La proximité géographique aux cœurs des métropoles n’est aucunement une garantie d’intégration.

Une proposition : parler des « marges » territoriales

Comment, en définitive, surmonter l’image de la France périphérique ? C’est en ce sens que l’introduction de la notion de « marge » en géographie peut être féconde. La marge, c’est surtout un modèle d’analyse pour penser la mise à l’écart d’une partie de la population, révélée par les territoires qu’elle habite. Ainsi, dans La France des marges, on étudie toute une série d’espaces géographiques en suivant des catégories classiques, données d’avance : l’Outre-mer, les forêts, les littoraux, les montagnes, le rural éloigné, les franges périurbaines, les petites villes et les métropoles. Aucun de ces territoires n’est considéré en soi comme une périphérie. C’est un donné culturel, un cadre commun de réflexion. Par contre, dans chacun d’eux, on analyse alors comment les inégalités se manifestent dans l’espace, et comment se produisent des mécanismes spécifiques de ségrégation socio-spatiale. Quelles sont, dans chaque cas de figure, les formes d’exclusion ? Existe-t-il aussi des formes choisies d’évitement et de mise à l’écart ? Quelles sont aussi, en réaction à cela, les dynamiques d’innovation et d’adaptation ?

La marge, c’est surtout un modèle d’analyse pour penser la mise à l’écart d’une partie de la population, révélée par les territoires qu’elle habite.

On trouvera ainsi, en particulier, quelques réflexions sur les couronnes périurbaines comme produit économique : cet espace n’est pas un construit politique, mais bien le résultat de processus spéculatifs guidés par le marché immobilier et faiblement encadrés par l’action publique ; les ségrégations y sont donc fortes, à la fois par l’individuation des trajectoires de vie (Mangin, 2004), par le tri spatial qui s’y produit (Berger et al., 2014) et par les phénomènes occultés de « captivité » de segments de population (Rougé, 2009) – mais on n’oublie pas non plus la richesse d’ensemble de ces couronnes et leur jeunesse démographique, deux moteurs potentiels de recomposition sociale de ces campagnes sous influence urbaine.

On étudie aussi la transformation des petites villes sous l’effet du déclin des activités industrielles et de service (tourisme, transports, armée). La question de la reconversion économique de ces marges est cruciale : bien loin de l’expérience des SPL, rapidement devenue obsolète du fait de la concurrence croissante des marchés internationaux (Vanier, 1999), on tente de souligner les difficultés à trouver des voies de diversification économique, entre le miroir aux alouettes de l’économie des loisirs et les espoirs d’une reconversion verte (Le Blanc, 2011), avec l’invention d’un modèle d’ « urbanisme frugal » (Haëntjens, 2011) adapté aux profils des villes rétrécissantes.

Enfin, au cœur même des métropoles, l’entrée par les marges permet de rappeler l’existence de nombreuses situations de marginalité et de pauvreté, tout en soulignant le contraste entre la surexposition réelle des quartiers de banlieue – justifiée – et l’invisibilité relative de bien d’autres situations marginales : processus d’éviction sociale dans les quartiers en cours de gentrification (Chabrol et al., 2016) ; fonctionnement réticulaire et adaptatif des « ethnoterritoires » (Dufoix et Foucher, 2007 ; Delage & Weber, 2014) ; spatialités contraintes des personnes sans domicile (Fleuret &Zeneidi, 2007), mais aussi territoires de la nuit (Gwiazdzinski, 2005), des sexualités, de l’informalité, du jeu urbain qui « ruse » avec la norme (Gwiazdzinski, 2014) ou des antimondes. Chaque entrée thématique est une invitation à la nuance sociologique et à la mise en évidence de l’inscription des inégalités dans l’espace, tout en rappelant l’exigence scientifique élevée que suppose un raisonnement géographique digne de ce nom.

Références :

Backouche I., Ripoll F., Tissot S., Veschambre V., 2011, La dimension spatiale des inégalités. Regards croisés des sciences sociales, Rennes : PUR, coll. « Géographie sociale ».

Berger M., Aragau C., Rougé L., 2014, « Vers une maturité des territoires périurbains ? Développement des mobilités de proximité et renforcement de l’ancrage dans l’ouest francilien », EchoGéo, 27 : http://journals.openedition.org/echogeo/13683

Castel R., 1994, « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation », Cahiers de recherche sociologique n°22 : « Marginalité et exclusion sociales », p. 11-27.

Chabrol M., Collet A., Giroud M., Launay L., Rousseau M., Ter Minassian H., 2016, Gentrifications, Paris : Éditions Amsterdam.

Delage M., Weber S., 2014, « L’espace résidentiel des étrangers dans la métropole parisienne. Une exploration statistique », Hommes & Migrations, 1308, p. 13-26.

Depraz S., 2017, La France des marges, géographie des territoires « autres », Paris : Armand Colin, 288 p.

Dufoix S., Foucher V., 2007, « Les Petites Italies (et les autres…), éléments de réflexion sur la notion d’ethnoterritoire », in Vial E. (dir.), Les Petites Italies dans le monde, Rennes : PUR, p. 423-436.

Fleuret S., Zeneidi D., 2007, « Fixes sans domiciles : réflexions autour de la mobilité des SDF », L’espace géographique, 36 (1), pp 1-14.

Guilluy C., 2010, Fractures françaises. Paris : Flammarion, coll. « Champs Essais ».

Guilluy C., 2014, La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires, Paris : Flammarion, coll. « Champs Essais ».

Gwiazdzinski L., 2014, « Éloge de la ruse dans les espaces publics ». Degros A., De Cleene M. (dir.), Bruxelles à la (re)conquête de ses espaces, Ministère de la Région Bruxelles Capitale, p.116-119.

Gwiazdzinski L., 2005, La nuit, dernière frontière de la ville, La Tour d’Aigues : éd. de l’Aube.

Haëntjens J., 2011, La ville frugale : un modèle pour préparer l’après-pétrole, Paris : FYP Éditions.

INSEE, 2015, « Une pauvreté très présente dans les villes-centres des grands pôles urbains », Insee Première n°1552, https://www.insee.fr/fr/statistiques/1283639

Le Blanc G., 2011, « Les espaces de la dynamique industrielle : processus et scénarii », Territoires 2040 n°4, Paris, DATAR, p. 85-105.

Mangin D., 2004, La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine, Paris : Éd. de la Villette.

Paugam S., 2005, Les formes élémentaires de la pauvreté, Paris : PUF, coll. « Le lien social ».

Rougé L., 2009, « L’installation périurbaine entre risque de captivité et opportunités d’autonomisation », Articulo – Journal of UrbanResearch, 5 [en ligne] : http://articulo.revues.org/1440

Sélimanovski C., 2008, La frontière de la pauvreté, Rennes : PUR coll. « Géographie sociale ».

Séchet R., 1996, Espaces et pauvretés. La géographie interrogée, Paris : l’Harmattan.

Vanier M., 1999, « Les modèles territoriaux de l’après-fordisme : retour sur les figures obligées d’un débat », in Malézieux J., Fischer A. (dir.), Industrie et aménagement, Paris : l’Harmattan, p. 31-47.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *