Les études urbaines contemporaines selon Eric Le Breton

Eric Le Breton, Maître de conférence en sociologie, Université Rennes 2, LIRIS EA 7481

Les études urbaines ont deux principes de cohérence, identiques depuis les années 1960.

Principes épistémologiques des études urbaines :  recherches pluridisciplinaires sur l’urbain pour l’action

Un premier principe est terminologique. Il renvoie à l’objet partagé, « urbain », de plus en plus vague mais conservant un puissant pouvoir d’évocation. Se référant à ce même vocable, des personnes qui a priori partagent peu – un ethnologue urbain et un aménageur par exemple – parviennent à échanger et à construire des questionnements communs. C’est ce que j’ai expérimenté dans le cadre d’un programme de recherches du Plan urbanisme construction architecture du ministère de l’Equipement intitulé « Mobilités et territoires urbains ». L’ouvrage qui synthétise l’ensemble des travaux fait cohabiter, notamment, l’analyse du stationnement urbain par un cabinet d’étude spécialisé, les travaux de macro-économistes du numérique et les approches des sensations de « glisse » par des anthropologues.

 Le second principe est de l’ordre de la dialectique entre la recherche et l’action. Ce qui, dans un colloque ou une rencontre, permet aux parties prenantes de la recherche urbaine de dialoguer, c’est l’intérêt et la curiosité des chercheurs pour l’expertise des professionnels et réciproquement. Le monde urbain est d’une telle complexité « technique » que les sociologues, les politistes, les géographes et les autres ont beaucoup à apprendre des urbanistes. Les urbanistes et les ingénieurs, pris dans la même complexité, sont souvent amenés à se poser des questions renvoyant à la recherche fondamentale. Cette idée n’est pas neuve. Félix Guattari ou Manuel Castells l’exprimaient déjà dans les années 1970, au moment où les études urbaines prenaient forme.

A titre personnel, je récuse la distinction entre recherche appliquée et recherche fondamentale, spécialement dans la recherche urbaine. Je reconnais bien sûr une spécificité d’une part au monde de l’étude (travail à court terme visant à répondre à des questions opérationnelle), et d’autre part à la recherche spéculative – la philosophie, non empirique, n’en n’est pas moins une recherche, à savoir un acte ordonné visant la production de connaissance. Mais, entre ces deux extrêmes, la frontière entre recherche appliquée et fondamentale me semble fragile et relever autant d’appréciations personnelles que de l’épistémologie. La forte structuration du champ des études urbaines fait qu’une recherche profite autant d’apports fondamentaux qu’appliqués, peut poursuivre des objectifs multiples dans de multiples registres, peut être valorisée dans le « fondamental » comme dans « l’appliqué ». J’ai souvent entendu des techniciens de collectivités locales dirent combien tel article fondamental leur avait été utile dans leurs missions quotidiennes. D’un autre côté, que vaut un article fondamental s’il est trop découplé d’une approche empirique d’un domaine particulier de l’urbain dont la forme procède presque toujours de préoccupations opérationnelles : le logement, le transport, l’environnement… Dans le domaine des études urbaines, les visées fondamentales et appliquées ne sont pas deux continents différents mais deux pôles fortement reliés l’un à l’autre.

J’ai souvent entendu des techniciens de collectivités locales dirent combien tel article fondamental leur avait été utile dans leurs missions quotidiennes.

L’évolution des études urbaines depuis les années 60 : la fin de la pensée critique ?

Mon regard sur l’évolution des études urbaines n’est certainement pas original. Je pointe quelques éléments. Le premier est bien évidemment l’augmentation quantitative considérable du nombre de chercheurs et chercheuses impliqués mais aussi de professionnels de toutes sortes et de tous milieux : grands groupes, collectivités et services de l’Etat, agences, etc. Le champ s’est corrélativement beaucoup spécialisé. L’un dans l’autre, on perd de vue les frontières du champ et l’organisation de sa production intellectuelle, nettement plus fragmentée qu’avant les années 1980 qui constituent, de mon point de vue, une césure majeure dans la définition des études urbaines. C’est le moment d’émergence des collectivités locales et de la disparition des « grands récits » (marxisme, foucaldisme, sémiologie, etc.) qui encadraient les études urbaines depuis les années 1960. Pour autant, faut-il se désoler de ce qui serait un déficit théorique des actuelles études urbaines ? Ce regard n’est pas le mien. Notre champ de travail me paraît avoir gagné en rigueur, en précision, en connaissance empirique. Si les travaux des Trente glorieuses étaient intellectuellement stimulant, certains d’entre eux – et pas les moindres – entretenaient des liens quelque peu distendus avec les terrains d’enquête (Manuel Castells, dès 1981, n’a pas ménagé ses critiques sur ce point à l’égard du marxisme) ; d’autre stimulaient la réflexion à la mesure de leur incompréhensibilité (certains travaux de sémiologie sont pour le moins complexes). Notons aussi que la dimension théorique de la recherche urbaine lui était en fait étrangère au sens où elle était « importée ». Le marxisme, la sémiologie, le foucaldisme ne viennent pas des études urbaines qui ne sont donc pas théoriques en tant que telles, mais par emprunt, si l’on peut dire. Ce dont beaucoup regrettent la perte, c’est moins de la théorie que de la théorie critique qui permet d’adopter, au bout du compte, une posture politique sur les questions urbaines.

la dimension théorique de la recherche urbaine lui était en fait étrangère au sens où elle était « importée ». Le marxisme, la sémiologie, le foucaldisme ne viennent pas des études urbaines qui ne sont donc pas théoriques en tant que telles, mais par emprunt, si l’on peut dire.

Les études urbaines ne sont aujourd’hui privées ni de théorisation ni de posture critique. Plusieurs chercheurs et/ou groupes de chercheurs construisent des liens d’analyse entre les évolutions sociétales et les évolutions des formes urbaines. C’est le cas par exemple, de Jacques Donzelot, de Marie-Christine Jaillet et de plusieurs autres qui élaborent la théorie de la « ville à trois vitesses » ou de la « sécession urbaine ». C’est là une perspective interprétative globale, articulée sur des notions particulières (entre-soi, gentrification / périurbanisation / relégation, évitement, etc.) et proposant une lecture des dynamiques sociales globales. Les théories critiques ne font pas défaut non plus, qu’il s’agisse des gender studies (la ville est structurée par des rapports de pouvoir genrés), des travaux construits autour des notions de spatial justice (Edward Soja) ou de just city (Susan Fainstein). Saskia Sassen, dans la continuité de ses travaux sur les villes globales, élargit le prisme de ses analyses à l’articulation mobilité/globalisation/prédation et construit une théorie critique contemporaine.

Ces quelques références montrent que les ambitions théoriques et les postures critiques ne font pas défaut aux études urbaines actuelles. Mais du fait de l’extension considérable du champ, elles sont à la fois moins centrales et moins visibles que sur la période que nous avons qualifiée, pour notre part, de « critique de la ville. »

les postures critiques ne font pas défaut aux études urbaines actuelles

Pour clore ce point, revenons à l’idée d’études urbaines comme « ensemble vague » tant du fait de l’augmentation extraordinaire du nombre des personnes légitimement impliquées, à des titres divers, dans le champ que de la difficulté croissante à conférer des contours tangibles à l’objet « urbain ». Fragiles au plan scientifique (empirique, théorique et épistémologique), les études urbaines ont essentiellement une vocation mobilisatrice visant à unifier un camaïeu de perspectives techniques et administratives, scientifiques et politiques. Si, comme le dit Yves Lacoste, « la géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre », je dirais que la catégorie des études urbaines sert, au moins, à pacifier les relations entre les protagonistes de l’urbain.

Positionnement de mes recherches dans les études urbaines

Quel est mon positionnement dans ce champ ? Il est périphérique puisque je travaille depuis plusieurs années dans un champ dont je peux dire qu’il procède des études urbaines, qu’il le chevauche pour partie mais aussi qu’il est en autonomie totale par rapport à lui : il s’agit de ce qu’on pourrait appeler la recherche mobilitaire et les études mobilitaires, à savoir un vaste ensemble de recherches et d’actions sur les déplacements dans l’espace des biens, des informations et des personnes. Dans son versant français, ce champ procède des études urbaines. Bien des travaux actuels sont en ligne directe de ceux de Michel Savy, de Elisabeth Campagnac et de Michel Freyssinet sur la prise en charge des déplacements des salariés, dans les années 1970. Sur la même période, Francis Godard et Eddy Cherkhi ont exploré les mobilisations d’usagers des transports et, de son côté, Paul-Henry Chombart de Lauwe s’est intéressé à l’impact des temps de transports quotidiens sur les transformations des relations familiales et sur les modes d’éducation. Avant même d’être identifiée en tant que telle, la question mobilitaire est bien installée dans les études urbaines des Trente glorieuses.

Les études mobilitaires ne poursuivent toutefois que partiellement les études urbaines car se sont mixés à la « tradition » française des travaux anglais, pour l’essentiel, qui ont leurs sources dans l’analyse des transformations contemporaines du capitalisme, de la classe ouvrière et du socialisme, notamment par John Urry ou par Zygmunt Bauman, dans leurs premiers travaux.

On peut aussi, pour finir, considérer que les questions urbaine et mobilitaire sont autonomes l’une de l’autre car prises dans des référentiels globaux différents, voire opposés. En termes caricaturaux, nous dirons que les études urbaines portent sur des processus localisées et « ancrés » ; les études mobilitaires appréhendent des processus délocalisés et délocalisant. Dans un registre secondaire, notons que les fonds bibliographiques de base ne se recoupent que marginalement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.