Lyon sur le divan : l’exposition qui rêvait d’urbanisme

Louis Baldasseroni, Doctorant en histoire contemporaine, Université Paris-Est-Marne-la-Vallée

Pour sa dernière exposition avant la refonte du parcours permanent, le musée Gadagne, récemment renommé Musée d’Histoire de Lyon (MHL), a voulu revisiter l’urbanisme lyonnais, au prisme d’une approche « psychanalytique » mêlant humour et rigueur scientifique. Cela aboutit à une muséographie originale et une interactivité appréciable avec le public, au prix d’un certain éclatement du cadre scientifique historique.

La « psychanalyse urbaine » : une approche originale

Sollicitée pour attirer un public plus large et moins coutumier des musées d’histoire, l’approche des transformations urbaines de Lyon par une « psychanalyse urbaine » interpelle. Si son originalité est indéniable, le positionnement de l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine (ANPU), sollicitée par le musée pour nourrir et animer cette exposition, n’est pas toujours clair : ce collectif d’artistes est souvent présenté avec des attributs sérieux (sigles, titres alambiqués des représentants) dont l’aspect parodique n’est peut-être pas perceptible chez tous les publics. Cela n’enlève rien à l’aspect humoristique de cette exposition, d’autant que l’animation initiée par ce collectif autour de l’exposition est particulièrement riche : plusieurs séances d’interrogation de Lyonnais dans la ville en amont de l’exposition nourrissent un mur de portraits de la ville à l’entrée ; chaque salle comporte un dispositif d’expression libre dont les résultats doivent être intégrés à un spectacle qualifié de « débat rocambolesque ».

Figure 1 : Dessin anonyme lors d’une « Opération divan » de l’ANPU

Par ailleurs, les rencontres-débats, ateliers et balades urbaines sont particulièrement nombreux et bien répartis dans le temps pour faire vivre l’exposition jusqu’à sa clôture prévue le 17 juin 2018.

Au-delà des jeux de mots psychanalytiques qui parsèment l’exposition, certains concepts mobilisés font clairement écho à des dynamiques urbaines étudiées par de nombreux historiens et urbanistes, comme les questions de santé qui renvoient à l’hygiénisme ou le « rajeunissement » de la ville relié aux grandes infrastructures routières et aux nouveaux quartiers construits dans les années 1970. D’autres semblent moins pertinents, à l’image des questionnements sur « les parents de Lyon », son âge ou ses « complexes », qui apportent peu à une histoire limitée ici à la période 18e-21e siècles. On ne peut cependant pas reprocher un manque d’ambition aux concepteurs de l’exposition, sous la direction scientifique de l’urbaniste Laurent Coudroy de Lille : la période considérée est riche en transformations et parfaitement cohérente du point de vue scientifique, dans la mesure où le 18e siècle marque, à Lyon, le début de transformations à l’échelle de quartiers entiers (aménagement de la rive gauche du Rhône par Morand ou de la confluence par Perrache). Si l’attention reste toujours portée sur les grandes infrastructures au détriment du fonctionnement « ordinaire » de la ville, qui fait l’objet d’un nombre croissant de travaux historiques récents, ce choix paraît judicieux pour une exposition s’adressant à un large public.

Le parcours d’exposition en trois salles intitulées « coutures », « santé » et « rajeunissement » marque par contre un parti-pris, novateur pour ce musée, d’une exposition entièrement thématique. Cette approche très en vogue depuis quelques années dans les musées permet ici de mettre en perspective des opérations d’aménagement très différentes, comme celle des Brotteaux par Morand au 18e siècle et les pentes de la Croix-Rousse dans les années 1970. Cette approche, surtout adoptée dans la première salle consacrée aux « coutures », aurait mérité d’être poursuivie dans les suivantes, dont les périodes historiques dominantes sont plus marquées, à l’image de la salle « santé » centrée sur les premiers mandats d’Édouard Herriot (1905-années 1930) et la salle « rajeunissement » principalement dédiées aux grandes opérations des années 1970. En revanche, aucune carte de la ville ou frise chronologique synthétique ne permet au visiteur de situer rapidement les éléments montrés dans l’espace et dans le temps.

Une exposition très influencée par les questions environnementales

Dans l’air du temps également, les questions d’environnement apparaissent dominantes dans cette exposition, tant dans les questions posées au public (et dans ses réponses) que dans les documents exposés. Le vocabulaire général emprunte beaucoup au registre environnemental, avec une insistance sur les pollutions, mais aussi les expressions de « marée urbaine » ou de « cage urbaine » (qualifiant les fleuves et le chemin de fer, qui enfermeraient la ville). Cela est renforcé par la mise en scène des salles, qui comportent une installation représentant un corps par un grillage qui s’étend dans les quatre salles, évoquant à la fois un chantier et un organisme malade sur lequel on applique des pansements (ici, des sortes de schémas représentés sur certaines parties du corps). Cette approche apparaît particulièrement pertinente dans la salle « santé », dont le contenu centré sur l’hygiénisme en révèle la multiplicité des dimensions (voirie, habitat, sensibilisation du public …), s’inspirant largement des travaux de l’historien Stéphane Frioux, membre du comité scientifique de l’exposition.

Figure 2 : Photographie de la salle 1 « Coutures » (MHL, Droits Réservés)

Les explications sur les années 1970 restent en revanche dans le cliché de « la ville adaptée à l’automobile », maintes fois nuancé par les historiens des mobilités, mais repris ici en insistant sur la « névrose automobile » de Lyon, dans le texte conclusif. Rappelons par exemple que le Centre d’échanges de Perrache, construit à l’occasion de travaux autoroutiers, est avant tout conçu pour des usages multifonctionnels et pour atténuer un effet de coupure présent depuis le 19e siècle avec la gare et ses voies.

Sur le plan des documents exposés, l’ensemble reste plutôt classique, avec une abondance de plans et croquis déjà vus (sur les quartiers des Brotteaux, de la Croix-Rousse, de la Part-Dieu), complétés par des photographies tirées de divers fonds d’archives locaux, de maquettes d’époque et de courts extraits vidéo. Ces documents sont globalement bien coordonnés, même sil’on peut regretter les cartels trop petits et quelques « décalages » entre les documents et le discours : quelle place pour les prisons, dans une salle « rajeunissement » essentiellement consacrée à des problématiques de circulation ? Plusieurs documents sont inédits, comme l’extrait du livre d’or de l’exposition d’urbanisme de 1942 qui donne la parole aux Lyonnais et offre quelques belles saillies sur l’action municipale. On aurait souhaité davantage de documents présentant le point de vue des habitants et usagers, principaux concernés par ces grandes transformations. Cela aurait permis de montrer au public que l’urbanisme n’est pas qu’une affaire de techniciens. Ces derniers sont mis à l’honneur dans plusieurs salles, à travers notamment quelques témoignages écrits et vidéo de Charles Delfante ou des documents du fonds René Gagès prêtés par le Centre Pompidou qui complètent intelligemment ceux des fonds d’archives lyonnais.

« Lyon se raconte », peut-on lire tout au long de l’exposition, mais ce sont avant tout ses habitants qui racontent leur ville. Sur ce plan, le contraste est frappant entre l’interactivité constante qui appelle le public à exprimer sa vision de la ville et une exposition qui relate surtout le point de vue des aménageurs et passe rapidement sur certains faits sociaux.La parole des habitants est peu exposée, alors qu’on aurait attendu des explications complémentaires sur les affiches marquantes s’opposant aux travaux à la Croix-Rousse, par exemple. De même, les inégalités socio-spatiales entre le centre-ville et d’autres quartiers moins favorisés ne sont évoquées que de manière allusive dans le texte de conclusion, alors que la plupart des opérations présentées dans l’exposition ont été mises en œuvre pour répondre à cet enjeu important, au passé comme au futur. La question finale, « Comment faire du citoyen un acteur plutôt qu’un usager ? », reste posée.

Figure 3 : Dessin fait par l’ANPU sur tableau blanc, à compléter par les visiteurs

En résumé, cette exposition permet de redécouvrir Lyon avec un angle de vue original et bien dans l’air du temps. La muséographie réussit un pari de subtils équilibres entre des documents peu nombreux mais sans impression de vide, l’exigence scientifique et l’humour, l’interactivité et la pertinence du contenu. Cependant, cela suppose quelques pré-requis historiques et géographiques, notamment de la part d’un public non initié à l’urbanisme et/ou non lyonnais qui voudrait profiter de cette exposition pour enrichir ses connaissances.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.