Récension d’ouvrage – Soubeyran O., 2014, Pensée aménagiste et Improvisation. L’improvisation en jazz et l’écologisation de la pensée aménagiste

Mathilde Girault, Doctorante en géographie, urbanisme, aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

Olivier SoubeyranPensée aménagiste et Improvisation. L’improvisation en jazz et l’écologisation de la pensée aménagiste, Editions des archives contemporaines, 2014, 264 p.

Un sommaire, de grandes parties subdivisées en chapitres, une démarche démonstrative… autant d’éléments inattendus dans un livre portant sur l’improvisation. Comme si improvisation et planification (de la pensée) ne pouvaient pas être réunies, sauf dans une situation de mise en défaut de la planification et de correction par l’improvisation. Victimes de nos imaginaires qui tendent à réduire l’improvisation à un génie créatif résiduel, nous parvenons en effet difficilement à la considérer comme une forme épistémologique de résistance créatrice. En opposition à ces imaginaires négatifs de l’improvisation, Olivier Soubeyran vise à soulever dans son ouvrage le caractère performatif et subversif de l’improvisation ainsi que les conditions de sa prise en compte dans les réflexions sur l’action dans les territoires : « A quelles conditions l’improvisation peut-elle être une discipline de l’action ? » (p.264).

Présentation de l’ouvrage

Partant du constat des enjeux environnementaux ainsi que de la fragilisation induite de la pensée et pratique aménagistes (introduction), Olivier Soubeyran soulève la nécessité d’une rupture épistémologique, c’est-à-dire de construction d’un nouveau « système de références qui puisse faciliter le travail de transition » (p.5) en entretenant un autre rapport à l’action, une autre vision au monde et à l’environnement. Il s’intéresse dès lors aux inerties actuelles au changement, qui nous maintiennent dans des modèles de pensée positivistes et réducteurs  : « loin du vœu pieux d’inventer une nouvelle conception de l’aménagement pour qu’il devienne le bras armé du développement durable, il faut bien reconnaître que nous sommes largement encore dans des inerties à la fois conceptuelles, institutionnelles, professionnelles qui montrent que l’aménagement reste encore l’héritier de la planification moderne » (ibid.).

« il faut bien reconnaître que nous sommes largement encore dans des inerties à la fois conceptuelles, institutionnelles, professionnelles qui montrent que l’aménagement reste encore l’héritier de la planification moderne » (Soubeyran, 2014, p. 5)

Or, les imaginaires participent fortement de ces inerties, logeant « des images, des façons de voir, d’argumenter qui participent, malgré nous, à la résilience d’un système conceptuel en place. Parmi ces éléments, il y a certainement les métaphores fondatrices d’une pensée, d’un savoir professionnel » (p.6), comme la métaphore du chef d’orchestre[1] qui a joué un rôle structurant dans la construction des liens entre pensée aménagiste d’une part, politique et technique d’autre part. Elle a en effet permis de justifier un « arrachement des compétences entre spécialistes, notables et citadins, entre créateurs, interprètes et exécuteurs des tâches, entre ceux qui connaissent et ceux qui ne peuvent que recevoir », ainsi que d’affirmer le plan comme outil d’action, au nom de sa « prédictibilité absolue » (ibid.).

En réponse à cette métaphore du chef d’orchestre (avec le plan pour partition, les actions aménagistes pour mesure, un partage clair des rôles comme sociologie de l’action), Olivier Soubeyran propose celle de l’improvisation en jazz : car l’improvisation « sait se débrouiller dans un contexte éminemment mouvant », qui est celui « des risques, des impacts (…), [de] l’entrée en scène de la participation, donc du public et des légitimités plurielles (…), [de] l’affaiblissement du rôle de l’Etat ordonnateur, de ses agents » (ibid).

En vue de soulever les inerties à l’improvisation dans l’imaginaire planificateur (partie I), reposant sur (chap. 1) une esthétique de l’ordre, un contrôle de l’action par la planification (diagnostic, objectifs, moyens) et un partage taylorien des fonctions dans l’espace – au risque « de provoquer la nécessité du contrôle du comportement chez les autres » (p.19) -, Olivier Soubeyran distingue (chap. 2) les différentes stratégies d’immunisation aux « turbulences » du réel en aménagement. Plus précisément, si les actions et décisions tendent à entraîner des conséquences qui n’étaient pas dans les intentions de leurs auteurs,  elles se trouvent en conséquence motivées par des effets attendus qui ne se réalisent pas. Cela conduit à l’« oubli » – par amnésie, anesthésie ou amnistie – des effets escomptés en faveur d’une ré-écriture du récit de l’action, ce que Olivier Soubeyran nomme « le paradoxe d’Hirschman » (pp.42-45). Au-delà des enjeux de crédibilité des choix politiques, se joue par cette ré-écriture la légitimation de l’ordre social établi, confirmé et entériné par l’action. Si la question environnementale bouleverse ce fonctionnement tautologique[2] en définissant de plus en plus a posteriori le sens de l’action (visant à « prendre en garde à ce que des solutions d’aujourd’hui n’hypothèquent pas l’avenir de façon irréversible », p.41), elle poursuit néanmoins cette quête d’aller vers l’amont de la justification, comme en atteste le passage des analyses d’impacts (à l’échelle du projet) aux analyses stratégiques d’impacts (à l’échelle des programmes et des politiques) (pp. 36-37).

Ainsi, la crise environnementale ouvre à un questionnement (partie II) sur le sens de l’action (rapports à l’idéologie, au politique, à la déontologie…) et ses limites (pratiques, rationnelles…), rapprochant de ce fait (chap. 1) les champs de l’aménagement des sciences sociales, qui s’intéressent depuis longtemps aux conséquences non-intentionnelles de l’action. La croyance dans la planification comme maîtrise du réel, par exemple, fait de la pensée aménagiste le bras armé des idéologies, alors que paradoxalement les idéologies prennent source, selon Olivier Soubeyran, dans l’occultation des effets non-intentionnels, des frottements sociaux, des conséquences environnementales, etc., proposant « une vision de la réalité sociale totalement plastique, transparente et maîtrisée » (p.84). Dans ce cadre, si l’idéologie séduit c’est parce qu’elle construit un discours qui occulte le paradoxe d’Hirschman et donc annihile l’incertitude. Or, « Supposons que l’improvisation soit un mode d’action qui corresponde à un comportement rationnel face à un type de contexte » (p.124) (chap. 2) ; elle peut alors s’imposer, au même titre que les idéologies, comme une « discipline de l’action », même si des « éléments de notre imaginaire disciplinaire, (…) malgré nous, travaillent à recoudre les points de fragilisation de la pensée planificatrice moderne. » (p.127).

« Les éléments de notre imaginaire disciplinaire, (…) malgré nous, travaillent à recoudre les points de fragilisation de la pensée planificatrice moderne. », Soubeyran, 2014, p. 127

Mais une des conditions d’intégration de l’improvisation dans la pensée aménagiste réside dans l’acception faite de cette première (partie III), notamment la reconnaissance de son caractère subversif (chap. 1). Or considérer l’improvisation comme une attitude régulatrice du social bouleverse nos habitudes de penser, car cela revient à intégrer les « effets intentionnels d’actes non intentionnels » (p. 154) ; ce qui conduit Olivier Soubeyran (chap. 2) à soulever « les perspectives à travers lesquelles les sciences sociales ont traité cette notion » (p.159) : irruption de l’imprévu (exigences contradictoires, mutations du réel…) et composition avec, irréversibilité de l’improvisation (du fait même de la mise en action), subjectivité avec l’interdépendance forte entre l’improvisateur et son acte (opposée à l’objectivisme de la pensée moderniste), spontanéité (souvent réduite à un automatisme et la perte de liberté, au lieu d’être considérée comme l’émergence d’imaginaires)… Face à ces lectures souvent réductrices de l’improvisation, Olivier Soubeyran plaide (chap.3) pour une conception musical, opérant pour ce faire un retour historique sur le jazz et les rapports forts qu’il entretient avec certains mondes culturels et politiques . Des logiques de dépossession et d’exclusion des Noirs Américains, en passant par son appropriation intellectuelle en France, l’improvisation en jazz (de son ontologie à son apprentissage) « n’est alors pas séparable d’une question plus politique, plus militante » (p.249).

Au croisement de l’improvisation et l’utopie : l’émancipation

« Et pourtant, l’improvisation « sonne » aujourd’hui néo-libérale… » (p.251), conclut ainsi Olivier Soubeyran en dernière partie, revenant sur sa mise en garde introductive de son propos (pp. 13-15) d’assimiler valorisation de l’improvisation et idéologie néo-libérale. Or, il nous semble que la mise en lumière de ce « piège » (p.14) ait été trop rapide pour pouvoir commencer à déconstruire ce qui est certes dans l’ « ère du temps » (p.14), mais surtout source d’organisation sociale (par la dérégulation)[3], omniprésent dans nos vies via la biopolitique[4], prisme cognitif par la colonisation de la sphère culturelle[5]. Il nous semble optimiste de considérer que quelques pages suffisent pour mettre en garde contre un imaginaire qui a fortement phagocyté les notions de créativité, d’inventivité, d’ingéniosité, si proches de l’improvisation. « Dans une société où la production devient de plus en plus complexe et repose sur l’innovation produite par la mise en œuvre de connaissances, et pas simplement par le traitement d’informations et de données, on rencontre une difficulté globale : l’imputation de la productivité à des facteurs de production isolables et individuellement rétribuables. »[6]

Nous postulons ici que la sociologie des connaissances peut nous apporter des éléments de réponse, notamment en proposant la notion d’utopie, absente de l’ouvrage d’Olivier Soubeyran. Certes, il peut sembler paradoxal de confronter la pensée de l’improvisation à une utopie, si l’on considère cette dernière comme le champ de l’aménagement l’a historiquement construite[7] : une application spatiale d’une idéologie sociale, c’est-à-dire une représentation de la société idéale dont la réalisation repose sur des actions intentionnelles pour obtenir des effets intentionnels.

Mais à la différence de l’idéologie, l’utopie est, comme l’improvisation, en proie avec les « résistances du réel », voire naît de celles-ci pour créer ses propres « conditions de l’émergence » (p. 167). Ainsi, loin de réduire l’utopie à un récit de la société idéale, nous souhaitons soulever son caractère fortement subversif : « Un état d’esprit est utopique, quand il est en désaccord avec l’état de réalité dans lequel il se produit. (…) Ces orientations qui dépassent la réalité seront désignées par nous comme utopiques quand, passant à l’action, elles tendent à ébranler, partiellement ou totalement, l’ordre de choses qui règne à ce moment. »[8]. A cet égard, l’utopie apparaît comme une force d’opposition à un ordre social préexistant, qui puise dans le réel et nait du refus d’un état de fait.

Des similitudes sont aisément observables avec la rupture épistémologique à laquelle appelle Olivier Soubeyran face aux enjeux environnementaux, mais surtout avec la notion même d’improvisation puisque l’utopie ne relèverait donc pas tant d’actions intentionnelles définies a priori, poursuivant des objectifs précis selon des moyens estimés, qu’elle ne viserait des effets intentionnels : la rupture radicale en faveur de nouvelles représentations sociales et imaginaires.

Ainsi, utopie et improvisation ont en commun des « effets intentionnels d’actes non intentionnels » (p.154) et pour le montrer nous nous sommes finalement contentés de tendre un fil présent dans les réflexions d’Olivier Soubeyran : la comparaison de l’improvisation à une « notion-passerelle, un moyen de faire dialoguer des courants, pour chercher plus loin et autrement » (p. 187). Loin de nous l’idée de réduire l’improvisation à une utopie, et vice versa, mais cette confrontation des deux nous a permis de contribuer à annihiler les assimilations de la pensée de l’improvisation à l’idéologie néo-libérale, en soulignant notamment son caractère subversif.

Mais cette mise en confrontation théorique nous a également permis de soulever le caractère émancipateur de l’improvisation pour celui qui la réalise. Nous aimerions ainsi conclure en introduisant une troisième métaphore, celle du « coming out of the closet » qui compare l’émancipation à l’expression publique de son homosexualité, présupposant par là la sortie d’un endroit (symbolique ou matériel), ainsi qu’une rupture temporel (l’avant/l’après), à l’instar de ce que serait la construction d’une « discipline de l’action avec l’improvisation comme principe organisateur » (Soubeyran, 2014, p. 264). « L’émancipation renvoie, dans cette perspective, à un processus d’actorialisation perpétuellement reconduit, à une dialectique entre niveaux intra-individuel, interindividuel et sociétal. Elle révèle une mise en tension permanente, l’affranchissement d’une conception classique du pouvoir, la récusation des identités assignées ; elle met également en lumière des enjeux politiques, des débats épistémologiques, l’articulation entre logique théorique et logique pratique. » [9]

[1] Soulevée par Viviane Claude (2006).

[2] Par tautologie, Olivier Soubeyran entend « essentiellement une figure circulaire qui consiste par exemple en la répétition d’une même idée en termes différents. » (p.34)

[3] Boltanski et Chiapello, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

[4] Foucault, 2001, Dits et Ecrits, Tome II.

[5] Jameson, 1991 (trad. 2007), Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif, ENSBA Editeur.

[6] Moulier-Boutang, 2007, Le capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, p. 208. 

[7] Choay, 1965, L’urbanisme, utopie et réalité. Une anthologie, Editions du Seuil.

[8] Mannheim, 1929 (trad. 1956), Idéologie et utopie. Une introduction à la sociologie des connaissances,  Librairie Marcel Rivière et Cie, p. 63.

[9] Dayer, 2008, « L’énigme de l’émancipation », in Connaissance et émancipation. Dualismes, tensions, politiques, Charmillot, Dayer et Schurmans (dir.), p. 131.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.