Que signifient les études urbaines ? Points de vue de chercheurs et d’enseignants-chercheurs

Mathilde GiraultDoctorante en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

Avec la collaboration de :

Guillaume FaburelProfesseur de géographie politique et d’aménagement, Université Lumière Lyon 2, UMR Triangle (responsable de l’axe Etudes urbaines), LabEx Intelligences des Mondes Urbains, coordinateur de la mention de master « Ville et Environnements Urbains », membre du comité de direction de l’Ecole Urbaine de Lyon

Michel Lussault, Professeur en études urbaines, Ecole Normale Supérieure de Lyon, UMR Environnement, Ville et Société, LabEx Intelligences des Mondes Urbains, Directeur de l’Ecole Urbaine de Lyon

Laurence Roulleau-Berger, Directrice de recherches en sociologie, Centre National de la Recherche Scientifique, LabEx Intelligences des Mondes Urbains, directrice du Laboratoire International Associé « Sociologies post-occidentales France–Chine » 

Les études urbaines dans la littérature scientifique : questions disciplinaires et pratiques

Peut-on qualifier les études urbaines par leurs contenus dans la recherche francophone ? Autrement dit, peut-on en proposer quelques objets et sujets de recherche, voire en dessiner des principes de méthode ? Les différentes acceptions du terme « études urbaines » dans le milieu scientifique francophone soulèvent de prime abord la difficulté de cet exercice. En effet, elles sont assez largement comprises selon une double perspectives, disciplinaire et pratique, qui permet de se référer au champ, mais souvent sans véritable explicitation.

Dans une lecture disciplinaire, les études urbaines sont ainsi :

– tantôt qualifiées de perspective critique de certaines disciplines (essentiellement en géographie et sociologie, mais aussi en sciences politiques) s’appliquant donc à des objets et sujets déjà définis par les courants disciplinaires[1],

– tantôt, pensées comme un objet fédérateur sans « savoir spécifique »[2] et sur lequel les disciplines appliquent leurs méthodes différenciées, assurant de la sorte l’import en leur sein de nouvelles thématiques[3].

A cet usage du terme arbitré par les lectures disciplinaires, s’ajoute une autre perspective, non moins dialectique mais peut-être plus historique, qui tend quant à elle à questionner la portée au général des études urbaines. Les études urbaines sont d’une part assez largement considérées comme des savoirs contextualisés car « appliqués à la ville » en réponse à une « demande sociale de connaissances directement utilisables »[4], en référence notamment à la recherche urbaine des années 70 opérant de manière contractuelle pour l’Etat dans des bureaux de recherche[5]. Cette lecture conduit souvent à deux critiques opposées, soit de perversion de la démarche scientifique par une idéologie, soit d’instrumentalisation de la pensée critique (marxiste, situationniste et foucaldienne) par « des stratèges de l’aménagement urbain »[6]. Ce qui conduit certains, par extension, à assimiler les études urbaines à une commande publique d’expertise dans le champ de l’urbain[7].

D’autres à l’inverse privilégient une approche souvent monographique qui, bien que fréquemment très approfondie et pertinente, tend à enchâsser la théorisation des études urbaines dans la trajectoire et la pensée d’un auteur singulier (Henri Lefebvre[8], Paul-Henry Chombart de Lauwe[9]), rendant alors difficile d’intégrer les études urbaines dans un courant de pensées.

D’une difficulté de reconnaissance… à un débat épistémologique : interviews filmées auprès de chercheurs et d’enseignants-chercheurs

Au regard de cette double dialectique disciplinaire et pratique, la difficulté de reconnaissance des études urbaines comme champ de recherche en France s’expliquerait selon certains par une prédominance disciplinaire aussi bien dans les méthodes que les fonctionnements institutionnels[10], laissant donc peu de place à l’émergence d’un nouveau champ, tandis que d’autres mettent davantage en avant le caractère « engagé » des chercheurs en urban studies anglosaxonne[11] dont l’exportation en France interpelle la neutralité axiologique et son épistémologie.

Comment les études urbaines francophones peuvent-elle être qualifiées ? Serait-ce dans la circulation des savoirs produits et par là leur lien avec des disciplines ancrées, et/ou dans la posture d’engagement scientifique bouleversant radicalement les méthodes, les concepts et les finalités de la recherche. Les études urbaines ne seraient-elles pas devenues une manière d’interroger les conditions socio-culturelles de validation des processus et des finalités de la recherche : ses représentations du politique par un sujet qui lui est intimement lié, les finalités (de transformation sociale, de progrès collectif, d’émancipation individuelle…) qui sont attribuées à la recherche en conséquence, ainsi que les modalités mêmes de recherche construites en fonction  (démarche et méthode, sujet et objet, temporalité et acteurs…) ? Pour exemple, les débats autour de la pluridisciplinarité et l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité voire l’indisciplinarité trouvent au sein des études urbaines un terreau fertile.

Les formations ont participé historiquement de ce débat épistémologique sur les études urbaines, car elles peuvent permettre un décentrement des connaissances par des expérimentations méthodologiques, des méthodes de recherche implicatives des étudiants donc d’autres publics, des questionnements portant sur les signaux faibles (ex : dans les comportements collectifs et attitudes) et les mutations urbaines[12]

Au regard de ces difficultés à qualifier les études urbaines, l’axe Etudes urbaines de l’UMR Triangle a souhaité initier une réflexion sur le sujet. La première journée de l’axe Etudes urbaines (juillet 2016 – programme) s’est inscrite dans cette visée de délimitation du champ des études urbaines ; sous la forme d’un entretien collectif auprès du sociologue de l’urbain Edmond Préteceille, cette journée a permis un retour réflexif sur les conditions sociales (reconnaissances académiques, professionnelles, politiques…) et moyens d’agir (méthodes, financements d’enquêtes pluriannuelles…), de la recherche dans le champ des études urbaines..

« le parcours d’Edmond Préteceille épouse les débats autour de la reconnaissance, académique et professionnelle, de l’urbain en France ; son parcours résonne également avec les controverses théoriques qui ont mis aux prises la communauté scientifique autour de la ville et qui renvoient au statut de la critique dans les études urbaines ; il éclaire, plus particulièrement, l’évolution de la pensée marxiste dans le champ intellectuel ; il croise également la question des rapports ambivalents entre les pouvoirs publics et le monde scientifique. A bien des égards, tout en s’ancrant dans le champ disciplinaire de la sociologie, la carrière d’Edmond Préteceille est un analyseur du champ des études urbaines. » Stéphane Cadiou, Maître de conférence en sciences politiques, membre de l’Axe Etudes urbaines – Retour sur la première journée de l’axe 

A la suite, un cycle d’interviews filmées a été initié en novembre 2016. Le format de courtes interviews filmées de chercheurs et enseignants-chercheurs nous est apparu comme approprié pour permettre à chacun d’expliciter et expliquer son positionnement sur le sujet. Par la singularité des trajectoires (discipline, sujet d’analyse, territoires d’étude…), il s’agit de mettre en avant d’éventuelles problématiques et perspectives communes, dessinant les grands trais d’une acception partagée des études urbaines. C’est pourquoi, nous avons fait le choix de ne pas engager ces interviews directement par le prisme des études urbaines.

En privilégiant une entrée par les enjeux et phénomènes observés de l’urbain généralisé, notre grille d’interviews est porteuse d’une certaine conception des études urbaines que, sans pour autant l’avoir évoqué préalablement aux interviewé-e-s, nous avons déjà eu l’occasion de présenter dans ce carnet de recherches[13].

Nous entendons par études urbaines un champ de connaissances mobilisant différentes disciplines portant sur l’urbain, entendu non pas comme une forme morphologique ou une échelle d’action, mais comme un phénomène politique (construit par une action publique et une fabrique urbaine charriant des enjeux de pouvoir, entretenue par des dispositifs de gouvernement, de gestion et de régulation…) et des conditions de vie politisée (avec des formes et rythmes de vie particuliers, des organisations et mobilisations collectives…). Ces connaissances s’inscrivent dans une perspective critique, c’est-à-dire de dévoilement des effets performatifs de représentations consubstantielles à certaines actions (professionnelles, publiques, techniques…), d’effets non-intentionnels de l’action (ex : ségrégations sociales), des présupposés pratiques que charrie le choix des outils…

Les études urbaines selon Guillaume FABUREL, professeur  de géographie politique et d’aménagement, Université Lumière Lyon 2, UMR Triangle (responsable de l’axe Etudes urbaines), LabEx Intelligences des Mondes Urbains, coordinateur de la mention de master Ville et Environnements Urbains, membre du comité de direction de l’Ecole Urbaine de Lyon

Les études urbaines selon Michel LUSSAULT, professeur en études urbaines, Ecole Normale Supérieure de Lyon, UMR Environnement, Ville et Société, LabEx Intelligences des Mondes Urbains, Directeur de l’Ecole Urbaine de Lyon

Les études urbaines selon Laurence ROULLEAU-BERGER, directrice de recherches en sociologie, Centre National de la Recherche Scientifique, LabEx Intelligences des Mondes Urbains, directrice du Laboratoire International Associé Sociologies post-occidentales France–Chine 


[1] Pour exemple : https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2017-1-page-17.htm

[2] Paquot, 2000, « Etudes urbaines ou « sciences » de la ville et des territoires ? », dans Paquot T., Lussault M. et Body-Gendrot S., La ville et l’urbain. L’état des savoirs, p. 5.

[3] Nous invitons à cet égard à jeter un rapide regard sur la catégorie « Etudes urbaines » de Calenda, dans laquelle vous trouverez un certain nombre de thématiques qui émergent dans les champs de recherche (ex : l’alimentation).

[4] Scherrer F., 2010, « Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence de leur utilité sociale », Tracés. Revue de sciences humaines, n°10. En ligne : https://traces.revues.org/4805

[5] Demazière C., 2017, « Le traitement des petites et moyennes villes par les études urbaines », Espaces et sociétés, n° 168-169, pp. 17-32. En ligne : https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2017-1-page-17.htm

[6] Garnier J.-P., 2008, « La volonté de non-savoir », revue Agone,  p. 52

[7] Pour exemple : http://www.urbanistes-lr.fr/medias/files/remuneration-etudes-urbaines.pdf

[8] Pour exemple : http://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2012-3-page-105.htm

[9] Pour exemple : http://www.espacesetsocietes.msh-paris.fr/blog/category/archives/parutions-2000/n-103-paul-henry-chombart-de-lauwe-et-lhistoire-des-etudes-urbaines-en-france/

[10] Van Damme S., 2013, « Une histoire des savoirs urbains est-elle possible ? », Métropolitiques. En ligne : http://www.metropolitiques.eu/Une-histoire-des-savoirs-urbains.html

[11] Bacqué M.-H. et Gauthier M., 2011, « Participation, urbanisme et études urbaines. Quatre décennies de débats et d’expériences depuis « A ladder of citizen participation », Participations, vol.1, pp. 36-66. En ligne : https://www.cairn.info/revue-participations-2011-1-page-36.htm

[12] Faburel G., 2017, « Les formations universitaires en urbanisme en France : un nouveau gouvernement des corps (de métiers) », Cybergeo: European Journal of Geography, Débats : Les métiers de la ville. En ligne : https://cybergeo.revues.org/28473

[13] Comme les propos qui précèdent sur la place des études urbaines dans la littérature scientifique, cette conception des études urbaines n’engage que l’auteur de ce billet (Mathilde Girault, doctorante, Lyon 2, UMR Triangle).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *