Retour sur la première journée de l’axe Etudes urbaines (UMR Triangle)

 

Stéphane Cadiou, Maître de conférence en Sciences politiques, Université Jean Monnet, UMR Triangle

La première journée des Etudes urbaines du laboratoire Triangle revêtait une double ambition : exposer des recherches emblématiques de la vitalité de cette thématique sur le site lyonnais, mais aussi s’interroger sur les dimensions constitutives du champ des études urbaines dans le cadre des activités de l’Axe Etudes urbaines de l’UMR Triangle.

Pour cela, un regard rétrospectif s’imposait comme une étape incontournable. L’invitation d’Edmond Préteceille, Directeur de recherche CNRS au sein de l’Observatoire Sociologique du changement (OSC) de Sciences Po, répondait parfaitement à cette attente tant sa carrière cristallise de multiples enjeux des études urbaines.

En effet, le parcours d’Edmond Préteceille épouse les débats autour de la reconnaissance, académique et professionnelle, de l’urbain en France ; son parcours résonne également avec les controverses théoriques qui ont mis aux prises la communauté scientifique autour de la ville et qui renvoient au statut de la critique dans les études urbaines ; il éclaire, plus particulièrement, l’évolution de la pensée marxiste dans le champ intellectuel ; il croise également la question des rapports ambivalents entre les pouvoirs publics et le monde scientifique. A bien des égards, tout en s’ancrant dans le champ disciplinaire de la sociologie, la carrière d’Edmond Préteceille est un analyseur du champ des études urbaines.

De plus, la continuité et la cohérence de ses investigations confèrent au travail d’Edmond Préteceille un caractère singulier pour qui s’intéresse aux inégalités et ségrégations urbaines. Son sillon scientifique, creusé depuis les années 1960 et 1970, permet de donner à voir la plus-value d’une réelle cumulativité des recherches quand les contraintes professionnelles et financières poussent aujourd’hui à s’investir sur des projets plus circonstanciés. Le renouvellement systématique d’enquêtes – nourri de comparaisons internationales – permet de mieux saisir les évolutions de la distribution des populations dans l’espace urbain. A ce titre, il éclaire, de manière critique et objective, plusieurs conceptualisations aujourd’hui en vogue dans le monde académique (comme l’exclusion, la gentrification, la ghettoïsation, etc.) qu’Edmond Préteceille nous invite à manier avec prudence. Enfin, l’exigence scientifique des travaux de ce sociologue de l’urbain n’est pas contradictoire avec un souci de diffusion par-delà la communauté académique. En témoigne l’ouvrage qu’il a récemment publié avec Marco Oberti dans la très utile collection « Repères » (cf. La ségrégation urbaine, Paris, La Découverte, 2016). C’est là l’un des défis les plus compliqués des études urbaines : poursuivre des recherches de plus en plus spécialisées tout en n’hésitant pas à s’inscrire dans l’espace public.

La sociologie urbaine marxiste comme école de pensée(s) : quels rapports à l’Etat, visions de la ville et modalités de recherche ?

Fonder une épistémologie du « contre » : la création du comité de sociologie urbaine alternative et son dépérissement

Urban Studies : quelles acception et place dans les recherches académiques françaises ? 

Quels liens épistémologiques entre la sociologie urbaine des années 70 et les études urbaines actuelles ? 

Etudes urbaines, disciplines et champs de recherche : comment assurer leur mise en controverse ? 

Des liens controversés entre recherche et expertise urbaines : quel(s) rôle(s) des formations dans la (re)production de ces liens ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *