Compte-rendu : 7e édition des « Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Études culturelles en Languedoc-Roussillon »

Mathilde Girault, doctorante en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

Penser l’utopie à l’ère(aire) de la globalisation culturelle 

La 7e édition des « Rendez-vous de Géographie culturelle, Ethnologie et Études culturelles en Languedoc-Roussillon » s’est tenue les 16 et 17 juin 2016 à l’Université de Nîmes, organisée par l’unité mixte de recherche ART Dev (Acteurs, Ressources et Territoire dans la développement – UMR 5281). Le thème de cette année portant sur les Utopies culturelles contemporaines a suscité de nombreux débats sur leurs conceptions (épistémologiques), significations (politiques), inscriptions (sociales) et localisations (géographiques), avec toujours comme arrière-plan la mondialisation (de l’économie, des flux, de la circulation des personnes…) et la globalisation (culturelle et politique).

A une époque souvent décrite comme saturée de flux de communication et d’innovations technologiques, où les rêves les plus fous de l’humanité semblent déjà avoir été réalisés, comment comprendre à nouveaux frais la notion d’utopie et son succès toujours renouvelé ? La notion d’ « utopie culturelle contemporaine », proposée ici, postule qu’aux dimensions plus politiques et scientifiques des utopies du passé, s’ajouterait une dimension plus culturelle et globale, avec toutes les nuances et controverses qui se dessinent à propos des différents rôles assignés à la culture aujourd’hui. (annonce du colloque)

Ces rencontres se sont organisées autour de ce paradoxe d’un retour de l’utopie dans les scènes discursives, à l’ère(aire) d’une transformation du système international qui – tout en étant fondamentalement d’origine économique – véhicule un certain universel : la démocratie et les droits de l’homme… Dans ce contexte, le retour de l’utopie signerait-il un défaut dans la mise en place de cet universel ?

PROGRAMME DU COLLOQUE : Colloque ARTDev 2016 – Utopie culturelle contemporaine

Le succès actuel de l’utopie : témoin de l’échec des politiques internationales

C’est du moins ce qu’a suggéré Monique Chemillier-Gendreau (professeur émérite de Droit public et Sciences politiques à l’Université Paris-Diderot) lors de sa conférence introduisant le débat final, considérant que si un idéal démocratique universel est recherché (mis en avant dans la convention des Droits de l’homme), il n’a pas supprimé pour autant les inégalités et il dissimulerait même les responsabilités politiques derrière un discours juridique (rappelant au passage l’impensé qu’est devenu, suite à la spécialisation des formations, le croisement de ces deux disciplines : droit public et sciences politiques).

Selon cette lecture de ce paradoxe, l’utopie renverrait à un « inachèvement de l’idée » (ici tout particulièrement dans sa réalisation) et réintroduirait des possibles, sociaux, territoriaux, économiques… Le succès contemporain de l’utopie serait donc une réaction à cette mise en défaut dans l’application de politiques internationales (de pacification, de démocratisation, de lutte contre les inégalités et la pauvreté…) ; par là, cette résurgence traduirait le « rapport primaire et fondamental » que nous entretenons au politique, ré-émergeant de manière spontanée et fortement visible lorsque le politique même se trouverait annihilé par d’autres forces (logiques de marché, juridicisation des relations sociales…).

Or, cette lecture de l’utopie, relativement enchâssée dans une pensée à la fois progressiste et pragmatique, est loin de donner à voir la diversité des acceptions de l’utopie qui ont nourri les communications de ces deux journées (cf. résumés des communications). A l’aune de cette lecture progressiste et pragmatique de l’utopie (visant application d’un modèle social), nous proposons ici de dessiner, à grands traits, quatre principales acceptions de l’utopie qui nous ont été soumises et se construisent dans un positionnement (plus ou moins distant) à un modèle.

1/ L’utopie comme force de conceptualisation

Si pour certains l’utopie témoignerait effectivement d’un inachèvement dans l’application de l’idée, c’est parce qu’elle constituerait une force de conceptualisation : l’utopie serait un non-lieu (u-topos) qui n’aurait pas pour vocation à être réalisé, mais plutôt à aider à comprendre, souvent a posteriori, les choix politiques menés, les valeurs fondamentales sous-jacentes des discours politiques… Cette acception de l’utopie s’inscrit en continuité directe du genre littéraire.

Exemples de communication :

La ville chinoise contemporaine, utopie ou dystopie ?, Bernié-Boissard Catherine (Pr. Géographie, ART-DEV)

Utopie et tolérance dans le politique britannique de Blair à Cameron, Grundy Paul (MCF Langues et littératures anglo-saxonnes, Université de Valenciennes, CALHISTE)

2/ L’utopie comme construction et programmation d’une société urbaine « idéale » 

En héritage des liens dessinés par Françoise Choay entre modèles urbains et utopies, certains participants ont mis en avant une approche de l‘utopie comme construction d’une société et programmation de son fonctionnement (organisation sociale, modes de vie…). Trois modèles utopiques contemporains ont tout particulièrement été débattus : les modèles utopiques de la ville numérique, la ville durable et la ville créative : « La ville numérique est donc une utopie que l’on peut concevoir comme la construction d’espaces urbains à partir d’une page blanche, comme l’on construirait une nouvelle cité idéale virtuelle dont le numérique serait la base. » (résumé de communication, Jean-Pierre Augustin et Lucien Orio).

Exemples de communication :

La ville numérique : entre projets et utopies urbaines ?, Augustin Jean-Pierre (Pr. émérite Géographie,  Université Bordeaux-Montaigne, ADESS) et Orio Lucien (PRAG, Lycée Montaigne à Bordeaux, MSHA)

Conférence plénière, Antoine Bailly (Pr. Géographie, Université de Genève et ICOMOS)

La mise en patrimoine et en tourisme de la cité-jardin de Stains par Plaine Commune : remotiver l’utopie pour habiter la banlieue en crise, Djament-Tran Géraldine, MCF Géographie, Université de Strasbourg, SAGE)

Les avatars de la ville durable en Océanie, entre normes importées et utopies urbaines autochtones. Expériences croisées en Nouvelle-Zélande et Nouvelle-Calédonie, Hoffer Olivier (Docteur en géographie, professeur en CPGE au Lycée Laperousse)

Utopies urbaines et villes créatives: de San Francisco aux villes d’Europe du Sud, Razanakoto Pascal (docteur en Sciences économiques, docteur en Géographie et Aménagement, Université de Toulouse)

3/ L’utopie comme mise en discours de la reproduction capitalistique

Considérant ces liens tenus entre utopie et modèle, certains participants mettent en avant les possibilités pour l’utopie de servir le modèle de développement (capitalistique) actuel et donc servir l’ordre établi dans sa reproduction. Ainsi, certaines figures utopiques seraient détournées par le capitalisme afin de mettre en récit nos désirs à consommer, à posséder, etc. Les technologies constitueraient un outil privilégié de cette mise en récit du capitalisme (notamment par les technologies de l’imagerie) et de sa communication (ex : réseaux sociaux).

Exemple de communication :

La production des espaces hyper-réels : un monde parfait, Crozat Dominique (Pr. Géographie, Université Paul Valéry Montpellier, ART-Dev).

4/ L’utopie comme mise en mouvement subversif

A l’inverse, certains participants considèrent que l’utopie est avant tout un état d’esprit critique de la réalité vécue et subversif de l’ordre établi, renouant par là avec les écrits de Fredric Jameson (2005, trad. 2007) et Karl Mannheim (1929) : « Un état d’esprit est utopique, quand il est en désaccord avec l’état de réalité dans lequel il se produit. (…) Ces orientations qui dépassent la réalité seront désignées par nous comme utopiques quand, passant à l’action, elles tendent à ébranler, partiellement ou totalement, l’ordre de choses qui règne à ce moment. » (Mannheim, 1929, p.63). L’utopie serait donc une mise en mouvement des corps en réaction à un modèle (social, territorial, politique…) vécu.

Exemples de communication :

Le slam : paratopie et utopie rhétorique, Cabot Jérôme (MCF littérature française, CUFR Jean-François Champollion Albi / labo LLA Créatis, Toulouse II)

Expériences ordinaires déçues de la grande ville et imaginaires négatifs de l’urbain généralisé – La décroissance urbaine peut-elle figurer une nouvelle utopie ? Faburel Guillaume (Pr. Université Lyon 2, Triangle, LabEx  IMU) et Girault Mathilde (Doctorante, Lyon 2, Triangle, LabEx  IMU)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *