Premières journées du réseau francophone des Territorialistes

Guillaume Faburel, professeur en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

Isabella Tomassi, doctorante en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

Mathilde Girault, doctorante en géographie, urbanisme et aménagement, Université Lumières Lyon 2, UMR Triangle

Communs territoriaux : biorégion vs métropolisation

Le réseau francophone des Territorialistes  a organisé à Villeurbanne et Lyon, les 23 et 24 mars 2016,  ses premières journées d’études sur le thème de la démocratisation des savoirs en contexte de métropolisation, avec le soutien de l’UMR Triangle, de l’Université Lyon 2 et du LabEx Intelligences des mondes urbains. Réunissant plus d’une centaine de personnes (chercheurs, praticiens, étudiants, membres d’initiatives habitantes, élus…), ces journées ont été l’occasion de participer de la diffusion en France de la pensée territorialiste, en présence d’Alberto Magnaghi, fondateur du réseau italien, ainsi que de collègues italiens, espagnols et portugais et des membres du réseau français en construction.

Les territorialistes 23 et 24 mars

Petite présentation du biorégionalisme

Dans la pensée territorialiste, une biorégion correspond à un territoire dont les limites ne sont pas définies par des frontières politiques, mais par des limites géographiques qui prennent en compte tant les communautés humaines que les écosystèmes. Le territoire y est considéré comme un bien commun dont l’approche met en priorité l’accent sur l’environnement unique de chaque région, et sur l’action en faveur d’un renouvellement de la responsabilité civique et de l’intendance écologique dans le respect des communautés en place. En ce sens, la biorégion se propose de renouveler le dialogue entre nature et culture autour du triptyque :

  • qualité environnementale et paysagère des espaces habités,
  • ancrage de leurs aménagements dans les traditions culturelles et régimes locaux de savoirs,
  • participation des habitants et des acteurs locaux à leurs compositions.

Le territoire ne se conçoit pas comme une simple aire géographique ou une pure entité spatiale. Le territoire n’est pas une chose, mais un ensemble de relations. Il est le produit des hommes, inhérent à l’art de construire leur propre milieu de vie et à s’y établir selon les qualités requises par leur culture. (…) Il n’est pas un travail achevé et objectivé sous la forme de l’espace édifié mais se conçoit comme un sujet, un organisme vivant de haute complexité produit par la rencontre entre événements culturels et nature, composé de lieux (ou de régions) dotés d’identité, d’histoire, d’un caractère et d’une structure de longue durée (Magnaghi, La Biorégion urbaine, petit traité sur le territoire bien commun, 2014, p. 9).

Le biorégionalisme apparaît ainsi à la fois comme une philosophie et un engagement social (proche de l’environnementalisme radical). La pensée territorialiste italienne défend à cet égard des centralités urbaines polycentriques, leurs systèmes économiques locaux, les ressources énergétiques de proximité, les espaces agro-forestiers multifonctionnels… Elle revendique un urbanisme alternatif porteur d’un développement local, auto-soutenable, qui donne une valeur primordiale à la diversité, aux particularités identitaires et aux savoir-faire des communautés locales.

Perspective française du biorégionalisme

Lors des journées d’études à Lyon, il s’agissait de voir si le concept de biorégionalisme pouvait venir épauler en France d’autres conceptions de la territorialité et de l’habiter, ou encore venir éclairer d’autres réalités politiques des territoires à l’ère de la métropolisation et de son entérinement institutionnel (par la réforme territoriale).  Le concept de biorégion y a donc été pensé comme « une alternative critique au modèle économique de la métropolisation », interrogeant tant ses mécanismes économiques, que les processus sociaux et les constructions politiques qui les gouvernent, avec leur pluralité d’effets tout particulièrement spatiaux (ex : reterritorialisations par les concentrations) et écologiques (ex : dérèglement climatique).

Déroulement des journées

Ces journées ont donné à voir une quinzaine d’initiatives habitantes, ainsi que représenté neuf disciplines et champs de recherche (géographie, sociologie, philosophie, sciences politiques, économie, paysagisme, architecture, urbanisme et aménagement) autour des problématiques de la démocratisation des savoirs en contexte de métropolisation des territoires. Elles ont ainsi débuté au Rize (Villeurbanne), lieu significatif pour la pensée territorialiste, puisqu’il  participe du travail de mémoire de la culture d’accueil villeurbannaise tout en l’appliquant au sein de sa structure.

Si les initiatives habitantes venues discutées ont certes donné à voir, dans un premier temps, un engagement contre la métropolisation des territoires (de ses logiques productivistes aux modalités d’intervention proactives par le projet), elles ont surtout, dans un deuxième sur la discussion des « communs », témoigné d’une confrontation de cette réalité vécue (la métropolisation des territoires) avec d’autres imaginaires politiques partagés par les initiateurs (l’autonomie, les communs territoriaux, le local…). Les communs territoriaux construits par la démocratisation de l’agir, voire la prise d’autonomie, ont tout particulièrement traversé les débats.

Il est apparu que ces communs territoriaux reposent sur une pluralité de registres de connaissances voire régimes de savoirs, avec, pour corollaire, la nécessité de reconnaître et de concilier bien autrement leur diversité peuplant ce jour l’espace social et aspirant à nourrir l’intelligibilité du monde : depuis les connaissances scientifiques émanant des institutions de recherche jusqu’aux savoirs pratiques et expérientiels des initiatives locales, depuis les connaissances spécialisées de l’ingénierie territoriale jusqu’aux savoirs situés et vernaculaires des associations d’amateurs, citoyens et habitants des mobilisations collectives…

Ce constat adresse directement des questions aux cadres de l’expertise territoriale et de la recherche scientifique de plus en plus marqués par le doute méthodologique, dorénavant placé sous le sceau de la coopération et la jauge de la participation. Or les praticiens ont ici fait part de leurs questionnements vifs sur les sens revêtus par l’investissement individué dans les métiers[1], les conduisant à rechercher ou favoriser des démarches dorénavant centrées sur l’observation des usages, la prise en compte des modes de vie, les approches dites sensibles…

[1] Cf. Allocutions et prises de paroles des praticien-e-s lors des journées : Learning Center Ville Durable (Dunkerque), Hespul (Lyon), Interland (Lyon), Makan Rafatdjou Architectes (Paris), CAUE de l’Essonne, Agence d’Urbanisme de Lyon, Commissariat Général à l’Egalité des Territoires, Commissariat Général au Développement Durable…

Programme Territorialistes 23 et 24 mars 2016

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *